Bravo à nos viticulteurs, fiers d’être alsaciens!

Nos vins sont « d’Alsace » !

Félicitations à nos 3 viticulteurs alsaciens pour leur classement tout en haut du palmarès du concours des grands vins blancs du monde qui a eu lieu le week-end dernier à Strasbourg.
Il s’agit là d’une bien belle récompense marquant l’excellence de notre terroir alsacien ainsi que le travail de qualité de nos viticulteurs ; soyons-en fiers !

Avec cette récompense c’est aussi un peu l’Alsace à travers le monde qui est valorisée car comme leurs noms l’indiquent, ces vins sont des vins d’ALSACE !

Le produit est bon, la preuve en est avec les nombreuses médailles que nos viticulteurs décrochent. Cependant, afin d’écouler la production et de permettre à la région Alsace de rester une destination leader touristiquement parlant autour de la vigne et du vin, il faut que le grand public sache ce qu’est l’Alsace et surtout où est située l’Alsace sur une carte du monde (il suffit de voir les nouvelles cartes de France pour s’apercevoir que l’Alsace n’existe plus). La perte du nom « Alsace » au profit d’un « Grand Test » va à coup sûr être préjudiciable pour nos produits, notre attractivité…et par extension : nos emplois. Pas sûr que les élus PS (Bies,…), FN (Philippot,…) et LR (Richert,..) aient beaucoup pensé à ces questions !

Dans le domaine du vin plus particulièrement on constate que tous les autres vignobles de France (à l’exception de nous et du Languedoc) ont conservé un rapport avec la géographie de leur lieu d’implantation que les nouvelles régions n’ont pas cassé (Bourgogne, Bordeaux, Loire,…) alors que notre vin d’Alsace est maintenant noyé, si on peut dire, avec le Champagne !

Nos vins d’Alsace et le Champagne n’ont pas la même approche pour se vendre ; l’un est étroitement lié avec un terroir et un territoire, l’autre est une marque commerciale qui n’a pas besoin d’attache à un lieu géographique. Faut-il a l’avenir que nos vins au nom de l’Alsace disparue deviennent des « vins du Grand Est » ?

Bref, avec la perte du nom « Alsace », et au-delà des questions autours de la viticulture et du tourisme, c’est toute la construction d’un éco-système économique global et de sa vitalité qui est depuis 2 ans fragilisé et donc en danger.

En me présentant aux législatives ainsi que les 14 autres candidats Unser Land, je porterai bien sûr les questions de la défense et de la réussite de nos viticulteurs avec leurs questions et problématiques en propre (réglementation, concurrence, …) ; mais autour d’eux, j’ai surtout de l’ambition pour notre territoire en faisant renaître plus fort encore le nom « Alsace » ; ce nom qui contribue aussi au dynamisme et à l’emploi.

Oui nous avons de quoi être fiers d’être alsaciens!!

http://www.dna.fr//actualite/2017/04/10/trois-alsaciens-au-sommet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *