Lille préférée à Strasbourg pour l’agence européenne du médicament

Après audition de plusieurs villes françaises, la République soutiendra la ville de Lille pour l’installation possible de l’agence européenne du médicament. En effet, cette agence pour l’instant située à Londres ne pourra pas rester là-bas du fait du « Brexit » (est-ce que cela interpellera aussi l’alsacien en cas de vote d’un(e) candidat(e) « pro-Frexit » ?).

Il y aura donc une une manne d’une centaine d’emplois à fort potentiel économique qui bougera prochainement.

En Europe, plusieurs villes se sont déclaré intéressées pour accueillir cette agence européenne : Dublin Munich, Barcelone, Milan, Berlin,… Ainsi nous assistons une course à coup de lobbying, coup de pouce (investissement, fiscal…), mise en avant des avantages (situation, institut européen…) …

Si chaque pays européen s’est vite mobilisé pour sa/ses villes, la France, elle, a choisi le système (efficace à la vue de la présidentielle?) de la primaire  ! Ont donc participé à la primaire française : Strasbourg, Lille, Lyon, Toulouse, Paris/Villejuif, Montpellier, Nice, Lens-Lievin. Le vainqueur est Lille !

On peut déjà constater que peu importe la ville française soutenue par l’Etat, celle-ci est déjà en retard de lobbying face à ses concurrentes européennes. C’est bien connu, l’exception française est toujours la meilleure…

Maintenant constatons que dans la situation franco-française, nos politiques alsaciens n’ont pas été à la hauteur encore une fois. Il suffit de voir comment les médias locaux, réseaux sociaux et les politiques de poids se sont bougés pour les autres villes, pour s’apercevoir de la faiblesse de la candidature strasbourgeoise. Bref, communication zéro et influence politique zéro pour les Ries, Richert, Trautmann, Elkouby, Hermann… Strasbourg ne fut même pas dans la « short-list » comme le révèle le journal « l’Alsace ».

Le choix de Lille a été justifié notamment par sa position « idéale au coeur de l’Europe » et par le fait que « la France dispose d’un écosystème de santé (recherche, innovation, industrie) exceptionnel, dont Lille est l’un des pôles majeurs ».

Sans vouloir être désagréable, Strasbourg dispose bien des mêmes arguments :

  • Strasbourg est bien au coeur de l’Europe. Mieux encore, Strasbourg est semble-t-il « Capitale européenne », et ville bilingue. Nos politiques l’ont-ils oublié ; que font-il pour que cela le reste ? Peut-être ont-ils oublié ; le mois dernier encore ils ont osé rebaptiser le quartier européen du « Wacken » (« un galet » en alsacien, un mot quand même pas imprononçable) en quartier européen de « l’Archipel ».
  • Bon nombre de capitales pharmaceutiques des pays européens sont à moins de 4 heures de transports par train ou voiture (Bâle, Lyon, Milan, Bruxelles, Leverkusen, Munich,….), quant aux aéroports, ni Lille ni Strasbourg, ne sont dans le top 10 du trafic passagers en France ; et le grand aéroport de Bâle-Mulhouse n’est que à un peu plus d’une heure. Certes ils y a un souci de liaison ferroviaire avec Strasbourg-Bruxelles mais ce n’est pas faute de l’avoir signalé depuis des années….à Paris (ben oui, c’est eux qui décident de tout, donc…) !
  • L’écosystème alsacien est au moins aussi riche qu’à Lille. L’ADIRA à la compétence reconnue, les départements, la Frenchtech Alsace (spécialisé santé en biologie et médecine)…    Ont-ils été associés au dossier strasbourgeois ou le « secret des affaires » est-il resté uniquement dans les mains de l’Eurométropole strasbourgoise et de la Grande Région  ?

Il faut se rendre à l’évidence, c’est bien la question de l’influence qui fut déterminante (comme par le passé avec le fameux synchrotron promis qui nous est passé sous le nez pour aller à Grenoble).

Peut-on espérer que cet échec sera analysé et que des remises en question se feront ? Quand à nous alsaciens une question se pose aussi : allons-nous toujours continuer de la même façon et avec les mêmes ?

http://www.lalsace.fr/politique/2017/04/19/agence-europeenne-du-medicament-lille-choisie-plutot-que-strasbourg

http://www.lalsace.fr/actualite/2017/04/20/agence-europeenne-du-medicament-strasbourg-n-etait-meme-pas-dans-la-short-list

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *